Biographie

arthurArthur Margossian est né à Lyon en 1956. Autodidacte, c’est à l’âge de 23ans qu’il s’ouvre à la peinture. Attiré par les impressionnistes, il se lance en reproduisant Jeanne Samary d’Auguste Renoir. Il poursuit son parcours initiatique en commençant à créer ses propres œuvres et participe, en novembre 1984, à l’exposition du VIIème Festival d’Art et de Culture de la JAF (Jeunesse Arménienne de France) où il obtient le premier prix d’Art Plastique, décerné par Jean Carzou.

Passionné par la peinture, Arthur Margossian a évolué à travers plusieurs courants, de l’impressionnisme au cubisme. Ses différentes expériences lui ont permis d’acquérir la maîtrise de son art et de prendre conscience qu’il ne pourrait exprimer sa sensibilité qu’à travers sa propre empreinte. Ses maîtres sont Dubuffet, Gorki, Alechinsky, Rauschenberg. C’est un artiste en perpétuelle recherche, qui se remet sans cesse en question.

En 1997, à l’Atelier des Ombres à Lyon, il expose sous le titre « Fil d’Orient », une série de tableaux qui nous emportent dans des contrées lointaines. Il nous invite dans un monde imaginaire, et ce, avec un style original et déroutant.

En revisitant certains tableaux de grands peintres comme Velasquez, le style d’Arthur, résolument contemporain a encore évolué.

Deux thèmes sont récurrents dans ses œuvres, les paysages urbains et l’influence de la nature, à travers ses représentations de végétaux.

L’expérience professionnelle diversifiée d’Arthur Margossian lui a permis de travailler le bois, le verre, le cuir, le plâtre et d’en maîtriser l’utilisation. Il aime le contact avec la matière et en 2014, il commence à composer ses sculptures. Il puise la puissance de son inspiration dans l’esthétique de matériaux dits pauvres tels que des planches de palettes,des morceaux de bois, des racines, des écorces, du béton, des vieux papiers. Alors qu’ils étaient voués à la destruction, il confère ainsi à leur donner une nouvelle vie, comme un défi contre la mort, en les assemblant au gré de son inspiration dans ses sculptures et ses derniers tableaux, nous dévoilant ainsi une des facettes de son univers.


« Une œuvre philosophique à travers l’Art »
Par Patrice Gillibert

Toute l’œuvre d’Arthur Margossian est à la fois une interrogation, une interprétation et une réflexion sur le monde et l’existence humaine ; une quête de sens et une recherche viscérale du bonheur pour tous.A l’image de la célèbre citation de Nietzsche « L’art rennd supportable l’aspect de la vie en plaçant dessus le crêpe de la pensée indécise », les créations de l’artiste nous apportent le réconfort de l’âme et nous questionnent à travers un foisonnement et une richesse de représentations visuelles et de supports matériels (huile, collages, scotch, bois et même des pages d’ouvrages de Nietzsche) dont la complexité devient une simplicité pour le profane grâce au talent de son auteur.

A l’instar de Michel Onfray pour la philosophie, Arthur Margossian permet la compréhensionet l’appropriation de l’art par tout un chacun sans élitisme et sans tomber dans le simplisme grâce à une diversité et une recherche permanentes, créatrices, audibles et immédiatement ressenties par tout néophyte.

Commencée dans les années 80, l’œuvre d’Arthur Margossian auréolée très tôt par le PremierPrix d’Arts Plastiques décerné par le célèbre artiste Carzou en 1984 est à la fois le reflet du parcours d’un homme et de son ressenti au fil du rasoir ainsi que des différentes expressions de l’art – de l’impressionnisme au cubisme –. De tout cela, surgit une œuvre unique, une vision du monde multiple et une véritable transcendance de notre quotidien.

L’œuvre d’Arthur Margossian crée le lien rejoignant ainsi Malraux :« L’art c’est le plus court chemin de l’homme à l’homme »